Urbanisme et logement

En finir avec l’urbanisme du passé qui détruit notre cadre de vie

Un logement décent et abordable pour tou·te·s


Notre ligne politique :

Osons Poitiers 2020 portera une politique d’urbanisme et d’habitat en cohérence avec les valeurs que nous défendons : nous voulons vivre dans une ville et une agglomération qui se construisent et se rénovent sur des bases écologiques, citoyennes et solidaires.

Nous lutterons dans chaque quartier contre l’habitat indigne et dégradé, nous mettrons fin à la précarité énergétique, qui frappe toujours plus d’habitant·e·s. Nous mènerons une politique ambitieuse de rénovation des logements et chasserons tous les « marchands de sommeils », qui profitent des ménages les plus en difficultés pour les rendre captifs de leurs taudis.

Nous proposerons une solution de logement et d’hébergement pour chaque situation, toutes les urgences, particulièrement l’hiver. Nous n’acceptons pas que des personnes dorment dans la rue.

Nous proposerons un urbanisme favorable à l’égalité entre les femmes et les hommes, qui s’appliquera à chaque projet urbain. Toutes les filles et femmes doivent se sentir en sécurité dans l’espace public comme privé et pouvoir s’approprier la ville au même titre que les garçons et les hommes.

Nous défendrons une politique d’urbanisme qui bénéficie aux habitant·e·s plutôt qu’aux aménageurs et aux investisseurs. Cette politique doit être débattue en permanence avec les citoyen·ne·s, qui auront davantage que leur mot à dire sur les projets qui les concernent.

Les projets urbains qui emmènent la collectivité sur des investissements de plusieurs années seront toujours validés avec les pictavien·ne·s et la décision finale sera prise démocratiquement.

Avec Osons 2020, le débat démocratique n’aura pas lieu seulement tous les six ans.

Nous voulons intégrer la nature au cœur des projets urbains. Face au dérèglement climatique, l’espace public doit être vivable, donner envie de s’y attarder en toute saison, favoriser la vie à l’extérieur, c’est aussi lutter contre l’isolement et permettre la rencontre de toutes les générations.

Nous refusons la compétition territoriale, trop souvent à l’œuvre, où l’urbanisation s’opère au gré des opportunités financières. Il est urgent de réguler et limiter l’étalement urbain qui consomme nos terres agricoles et nos campagnes, qui vide le centre-ville et les centres-bourgs. Nous adopterons un moratoire sur l’étalement commercial.

Nous proposerons une politique foncière et immobilière respectueuse de notre patrimoine. Nous nous attacherons à valoriser le très riche patrimoine architectural et paysager que les générations précédentes ont bâti et dont nous devons prendre grand soin.


Ce dont nous ne voulons plus :

La majorité dirigée par Alain Claeys et le Parti socialiste pratiquent l’urbanisme du passé, celui dont nous ne voulons plus :

  • une politique d’aménagement anti-écologique : consommation d’espaces naturels et de terres agricoles, création de grandes zones périphériques, aménagements de centre-ville minéraux qui rendent la ville invivable durant les pics de chaleur, absence de politique vélo digne de ce nom.
  • un urbanisme autoritaire, qui se fait sans les habitant·e·s, sous couvert de réunions pseudo-participatives qui ne servent qu’à présenter des projets déjà ficelés.
  • un urbanisme inégalitaire : combien d’investissements pour le « cœur de ville » et combien pour les faubourgs ? La majorité a fait le choix de privilégier outrageusement l’hyper-centre et de délaisser les autres quartiers. Elle a fait le choix des classes favorisées.
  • une inaction coupable : aucune politique sérieuse pour faire revenir les commerces en centre-ville ; aucune politique sérieuse du logement privé ; aucune mesure pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans la rue.
  • une politique qui brade le patrimoine, avec la vente de l’ancien théâtre pour y faire des logements de luxe, le site de la Maison diocésaine défiguré par une société immobilière parisienne, l’îlot Tison transformé en grande étendue où même l’herbe refuse de pousser en été.

Nos 3 axes programmatiques

  1. Un habitat décent, abordable et durable
  2. Pour un urbanisme écologique et solidaire
  3. La démocratie permanente : aucun projet ne se fera sans les habitant·e·s

Un habitat décent, abordable et durable

  • Nous réhabiliterons tous les logements vacants et traiterons toutes les ruines et bâtiments abandonnés, y compris en en prenant la maîtrise publique.
  • Nous développerons une nouvelle offre de logements de qualité et à loyer modéré dans les centralités, en s’appuyant sur le bailleur public Ekidom de Grand Poitiers
  • Nous créerons une « maison de l’habitat » dans le centre de Poitiers, accessible et visible, pour regrouper en un seul lieu tous les conseils liés au logement (urbanisme,façades, énergie…). Cette maison de l’habitat proposera des permanences également dans les quartiers et communes de Grand Poitiers
  • Nous chasserons les « marchands de sommeil » qui louent des taudis aux personnes en difficulté.
  • Nous mettrons en œuvre le « permis de louer », véritable outil de lutte contre l’habitat indigne et la mise en location de biens vétustes et dégradés.
  • Nous réhabiliterons massivement le parc de logements sociaux, et pour chaque nouvelle construction, celle-ci sera pensée pour promouvoir l’égalité femmes-hommes.
  • En complément des aides nationales, nous mettrons des moyens locaux (subventions, conseils…) pour rénover les passoires thermiques et sortir les habitant·e·s de la précarité énergétique.
  • Nous trouverons des solutions d’hébergement pour tou·te·s celles et ceux qui sont à la rue, en particulier la réquisition de bâtiments vides
  • Nous accompagnerons pas-à-pas dans leurs démarches les habitant·e·s, afin que rénover leur patrimoine ne soit plus seulement un parcours semé d’embûches avec un architecte des bâtiments de France souvent inaccessible.
  • Nous proposerons des permanences d’architecte conseil gratuites et ouvertes à tou·te·s.

Pour un urbanisme écologique et solidaire

  • Comme nous le détaillons dans la partie « environnement-ressources » de notre programme, nous donnerons une priorité absolue à la végétalisation de Poitiers.
  • Nous engagerons dès la première année du mandat, en concertation avec les élu·e·s de toutes les communes de Grand Poitiers, l’élaboration d’un nouveau PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) qui sera le reflet de nos engagements et de nos valeurs en matière d’urbanisme.
  • Nous stopperons l’étalement urbain, et notamment le développement inutile et continu des zones d’activités situées en périphérie. Nous organiserons un référendum local pour demander l’arrêt du projet République IV. Nous soutiendrons le commerce de proximité contre les grandes zones commerciales.
  • Nous mettrons fin à la démagogie du discours sécuritaire ainsi qu’à la vidéosurveillance et réaffecterons ces budgets à la police municipale, dont la mission première sera la prévention et l’accompagnement des habitant·e·s.
  • Nous supprimerons les pollutions notamment visuelles et lumineuse liées à la publicité et engagerons un plan de réduction de l’éclairage nocturne des bâtiments industriels et économiques.
  • Nous remettrons à plat tous les grands projets portés par l’équipe sortante et mal conçus (quartier de la Gare, Cœur de ville, Palais des ducs, Couronneries, ilôt Tison…) pour y intégrer nos priorités écologiques et sociales.
  • Nous publierons un budget par quartier dans lequel nous nous engageons à prioriser les faubourgs.
  • Nous favoriserons la reconquête des friches pour la production de logements neufs, dans un objectif de réduction de consommation de foncier. Nous traiterons en priorité les « dents creuses » (parcelles au milieu d’un espace construit) et donnerons des droits à construire dans une logique de densification douce

La démocratie permanente : aucun projet ne se fera sans les habitant·e·s

  • Nous mettrons en place des commissions citoyennes qui seront associées dès les premières étapes des projets et qui auront de vrais pouvoirs de décision.
  • Nous soumettrons les grands projets d’urbanisme au référendum local et respecterons l’avis majoritaire exprimé.
  • Nous rendrons accessible et lisible l’élaboration des projets urbains pour les habitant·e·s, la technicité ne devant pas être utilisée comme un moyen de restreindre le débat.
  • En travaillant avec les associations et les habitant·e·s, nous aménagerons la ville pour que chacun·e s’y sente bien et en sécurité : femmes, enfants, personnes âgées, personnes handicapées…
  • Nous favoriserons les démarches citoyennes d’habitat participatif et d’éco-quartier, pour offrir un habitat durable accessible.
  • Comme nous le détaillons dans la partie « égalité femmes-hommes » de notre programme, nous mettrons en œuvre toutes les mesures visant l’égalité femmes-hommes dans la ville, dans les projets urbains en créant des conseils ou comités consultatifs sur les questions liées à la place des femmes dans l’espace public

Document à télécharger

Revenir à la liste de nos propositions