Culture et Patrimoine

  • Une programmation, des lieux et des pratiques accessibles à toutes et tous
  • Des activités culturelles indépendantes et rémunératrices pour les créateurs et créatrices

Notre ligne politique :

Espace d’émancipation pour tous, la culture doit être pensée pour ce qu’elle offre d’enrichissement personnel à chacun, pour ce qu’elle crée de richesse collective.

Le projet culturel d’Osons 2020 a pour ambition d’ouvrir toutes les portes, de faire déborder le fait culturel par-delà les murs des équipements, de faire se rencontrer les habitants de tous milieux, de faire participer tou·te·s celles et ceux qui le souhaitent.

Nous refusons l’institutionnalisation de la culture, qui finit par aseptiser la création, par l’adapter aux attentes des financeurs. Nous voulons redonner de l’autonomie et de l’indépendance aux structures culturelles et associatives, encourager les initiatives locales et la coopération et impliquer le public.

Nous n’acceptons pas que les artistes (notamment les musiciens et les plasticiens) soient condamnés à la précarité et voulons que chaque créateur puisse vivre correctement de son travail.

En matière d’apprentissage, nous voulons engager et accompagner le public, notamment les jeunes, dans une démarche de découverte des spectacles et une pratique des disciplines.

Nous voulons mettre fin à la destruction progressive du patrimoine sous couvert de « développement économique » ou « d’attractivité ». Ville d’art et d’histoire, Poitiers ne doit pas être sacrifiée pour enrichir les promoteurs privés.

À l’échelle de la communauté urbaine, nous voulons favoriser une égalité de traitement, sur tout le territoire et mettre fin aux enclaves culturelles.

Nous considérons la culture comme un bien commun et notre politique en la matière est pensée en conséquence.


Ce que nous ne voulons plus :

La politique culturelle de la majorité socialiste est inacceptable à tous points de vue.

Le bilan du mandat Claeys 2014-2020 restera entaché par la destruction de l’ancien théâtre, par une fermeture du Plan B provoquée par la majorité, par une politique de centralisation sur quelques lieux et quelques événements et par des choix coûteux et critiquables.

Plutôt que de soutenir les artistes locaux et des productions de qualité, la majorité programme des groupes nationaux (à l’image de Black M, programmé deux fois en trois ans) à fonds perdus.

Plutôt que de donner les moyens aux petites salles de vivre et de s’auto-organiser, elle débourse une fortune pour le projet Traversées.

Cette vision de la culture s’inscrit dans une politique plus globale, qui est une politique tout à fait libérale : organiser de « grands événement » pour que Poitiers « rayonne », attirer les investisseurs, concentrer les moyens sur le centre-ville qui doit être « attractif ».

La situation est d’autant plus grave que les autres collectivités locales, région Nouvelle-Aquitaine et département de la Vienne, portent exactement la même vision d’une politique culturelle au service du « développement économique ».


Nos 3 axes programmatiques :

  1. Ouvrir des espaces de création et de représentation pour les artistes locaux et les habitants
  2. Placer la culture au cœur de l’espace et du débat public
  3. Protéger et valoriser notre patrimoine culturel et naturel

Ouvrir des espaces de création et de représentation pour les artistes locaux et les habitants

Nous mettrons l’ancien palais de Justice à la totale disposition des structures culturelles et associatives de Grand Poitiers, qui géreront eux-mêmes cet espace.

Nous réhabiliterons des bâtiments industriels en bord de Clain et de Boivre (comme le site de la SERNAM) afin d’en faire des ateliers et des lieux d’exposition.

Sur l’ensemble des scènes, nous réserverons des plateaux pour les artistes locaux.

Nous valoriserons les créations locales en mettant à disposition des artistes des locaux commerciaux non occupés.

Placer la culture au cœur de l’espace et du débat public

Nous garantirons une indépendance et une autonomie financière des maisons de quartier

Nous créerons un comité consultatif composé de personnes qualifiées, d’élus et d’habitants volontaires et tirés au sort pour préparer le subventionnement, l’organisation d’événements, les grandes orientations culturelles.

Nous mettrons en place une structure municipale facilitant le montage des projets culturels des écoles ainsi que des systèmes de bourse et de passerelles ouvrant largement à tous les publics les établissements d’enseignements artistiques.

Nous développerons les expositions et les concerts dans la rue, sur les marchés et dans les lieux publics (square de Blossac, îlot Tison) en favorisant leur gestion par des collectifs d’artistes auto-gérés plutôt que par la municipalité ou des structures privées. Nous dédierons régulièrement une rue aux créateurs et créatrices du territoire.

Nous assurerons une accessibilité à la culture aux personnes atteintes de handicaps moteurs, sonores ou visuels.

Nous soutiendrons les pratiques culturelles au sein des bibliothèques et médiathèques de Grand Poitiers, notamment en réhabilitant les lectures publiques.

Nous confierons à des associations ou des coopératives les lieux dont la gestion a été déléguée au privé (kiosque de Blossac, Guinguette pictave).

Protéger et valoriser notre patrimoine culturel et naturel

Nous réhabiliterons des sites délaissés par l’actuelle majorité (l’Hypogée des Dunes, le musée Rupert de Chièvres) et revaloriserons les Arènes.

Nous créerons un organisme de veille destiné à éviter les dérapages et autres aberrations dans le domaine patrimonial.

Pour mettre en valeur les berges du Clain et de la Boivre, nous installerons une Maison du Clain qui sera le point de départ d’un vaste parcours découverte.

Avec les autres communes de Grand Poitiers, nous valoriserons des monuments patrimoniaux sous-employés comme le Château d’Harcourt ou le donjon de Gouzon à Chauvigny.

Document à télécharger

Revenir à la liste de nos propositions