Presse & médias – Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne https://osonspoitiers.fr Rassemblement de Europe Ecologie Les Verts, du Parti de Gauche, de Ensemble et du Nouveau Parti Anticapitaliste issu des élections municipales de 2014 à Poitiers Mon, 15 Jun 2020 09:42:21 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.4.2 Entrer dans la bifurcation écologique nécessaire avec les transports alternatifs : vélo et bus à Poitiers, encore des petits pas… https://osonspoitiers.fr/expressions-politiques/ https://osonspoitiers.fr/expressions-politiques/#respond Mon, 15 Jun 2020 09:40:53 +0000 http://osonspoitiers.fr/?p=26930 Retrouvez ici les expressions politiques des élu·e·s Osons Poitiers publiées chaque mois dans le Magazine municipal Poitiers Mag et dans la Lettre d’information trimestrielle de la Communauté urbaine de Grand Poitiers :

Juin 2020

Entrer dans la bifurcation écologique nécessaire avec les transports alternatifs : vélo et bus à Poitiers, encore des petits pas…
Nous perdons une occasion de transformer en profondeur la manière de se déplacer dans la ville. Il faut provoquer ce choc d’offres pour installer durablement de nouvelles habitudes. Créer, élargir les voies cyclables pour faire grossir le flux et sécuriser, prononcer la gratuité du bus en multipliant offre et fréquence pour se déplacer de manière à ce que le gain en pollution atmosphérique permette la lutte contre ces particules qui favorisent la contamination. Les décisions prises à Poitiers sont insuffisantes. Encore des petits pas pour un peu de vert dilué dans un air qui retrouvera sa grisaille en quelques semaines. Nous porterons des propositions ambitieuses dans la commission « vélo ». A nous tou·te·s de faire connaître une ambition à la hauteur des enjeux.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Février 2020

Vous lisez un journal de propagande
Ce que vous tenez entre les mains est un journal de propagande : 36 pages pour célébrer l’action de la municipalité en place, pour valoriser le rôle du maire et faciliter son maintien, financées par l’argent du contribuable. Nous avons, pour notre part 600 signes c’est-à-dire moins de 100 mots pour proposer notre regard d’opposants et assurer un semblant de débat citoyen. Il pourrait en être autrement en faisant participer les citoyens à l’information municipale, en laissant une plus large place à l’opposition pour faire vivre le débat, en remplaçant la logique publicitaire par la volonté de transparence.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche/Ensemble !, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Janvier 2020

Après l’Ancien Théâtre, la Maison du Peuple…
A moins de 4 mois d’un changement de municipalité, le maire refuse le moratoire et ordonne les travaux de destruction de l’Ancien Théâtre*. Au détour d’une délibération, nous apprenons que la maison des syndicats, les salles Jouhaux et Timbaud de la Maison du Peuple vont être vendues pour démolition et construction de logement privé ou social. De même pour le gymnase situé 15 rue des feuillants. Or, la dynamique d’un centre-ville passe par une offre de service diversifiée et accessible à tous. Le patrimoine de la ville doit servir l’intérêt général et à la veille de l’échéance électorale, décider de transformation de quartier sans consultation de la population est un déni de démocratie.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

*Un rassemblement d’hommage à l’Ancien Théâtre est prévu le 9 janvier 2020 à 18 h, devant le théâtre, place du Maréchal Leclerc à Poitiers pour la mémoire de ce patrimoine disparu.

Novembre/Décembre 2019

Cet hiver, plus personne à la rue !
Aujourd’hui ce sont au moins 80 personnes qui dorment dehors chaque nuit, sans compter les personnes qui sont au 115. Cette situation est inhumaine et inacceptable. Chacun devrait bénéficier d’un logement, peu importe son origine. Les inégalités ne cessent de s’accroître et de plus en plus de personnes se retrouvent en situation de grande précarité, souvent malgré le fait d’avoir un emploi. Il est urgent d’appliquer la loi de réquisition des logements vides qui sont nombreux à Poitiers, pour qu’à partir de cet hiver plus personne ne soit à la rue !

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Octobre 2019

Les plans s’accumulent sur une politique… planplan !
Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE Clain) approuvés à Grand Poitiers le mois dernier, Plan Climat soumis actuellement à consultation, Schéma Départemental de l’eau… Les plans ne manquent pas pour attaquer la crise écologique sur tous les fronts mais manquent… d’énergie. Grand Poitiers, Vienne, État, chacun se félicite des convergences et parle du consensus. C’est oublier quand l’eau est partout en mauvais état, quand le climat se dérègle à toute vitesse que le pire ennemi est la lenteur, la mollesse, que seul vaut le courage

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche/Ensemble !, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Septembre 2019

Quand l’argent s’envole : deux pétitions à signer
Poitiers s’obstine à financer l’aéroport de Poitiers-Biard et à favoriser ainsi le transport aérien alors que cet argent pourrait être utilement affecté à une amélioration de l’écomobilité (bus, vélo, covoiturage, rail). Vous pouvez signer la pétition en cours pour faire cesser ce financement et avoir une vraie action écologique au lieu du blabla vert de la majorité (1).

Dans le même temps, l’État veut brader les aéroports de Paris alors que ceux-ci sont rentables. Avec la privatisation, le profit sera prioritaire. Pour empêcher cela, signez le référendum d’initiative partagée en ligne (2) jusqu’au mois de mars.

(1)https://www.mesopinions.com/petition/politique/arretons-financer-aeroport-poitiers-biard/64212

(2)https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Juillet 2019

Une première victoire au bout de la mobilisation, grâce aux recours déposés par les associations
41 « bassines »*, ce sont 72 millions (à 70 % d’argent public), consacrés à faire perdurer un modèle agricole destructeur, dispendieux en eau et gourmand en pesticides. Quand on sait que sur les 17 cours d’eau du bassin du Clain, seule la Longère est en « bon état écologique », on se réjouit de l’annulation, qui en appelle d’autres, par le Tribunal administratif, de l’autorisation de 8 bassines.

Christiane Fraysse et Jacques Arfeuillère, élus communautaires et municipaux du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

*réserves de substitution pour l’irrigation agricole.

Juin 2019

Pour un service public d’éducation de qualité.
La scolarisation obligatoire dès 3 ans aura peu d’effet sur le taux d’inscrits car quasiment tous vont déjà à l’école. Par contre l’obligation de financement des écoles privées sous contrat par la ville se trouvera étendue aux écoles maternelles. L’école publique, qui permet une mixité sociale, serait ainsi pénalisée. Nous ne sommes pas opposés à l’obligation de l’école à 3 ans, au contraire. Mais la ville de Poitiers pourrait faire des choix symboliques comme arrêter les subventions au privé et tout mettre sur le public pour permettre à tous les enfants de bénéficier d’un service public d’éducation de qualité.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mai 2019

Le Centre Régional Information Jeunesse déménage dans de mauvaises conditions : un raté associatif symboliquement et humainement désastreux
Un Starbucks, la multinationale cynique, en lieu et place du CRIJ, qui assure au cœur de la ville initiative jeune et vie associative, le symbole est douloureux. Il montre à la fois le désengagement de la Région PS/EELV qui ne donne pas les moyens au CRIJ de se maintenir en laissant se croiser les 40 associations hébergées et le manque d’anticipation de la Ville qui ne trouve d’autre solution que le partage hâtif de l’espace de l’Office du tourisme. On passe de 800 m² à 150, on disperse les associations, on défait des liens… Alors que la Ville met en vitrine le contraire lors des Assises des associations.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche/Ensemble !, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Avril 2019

Nous demandons le retrait de la loi visant à renforcer et à garantir le maintien de l’ordre public
Samedi 9 mars 2019, Mme la Préfète a interdit rassemblements et manifestations en centre-ville. Le déploiement de forces de l’ordre les samedis depuis plusieurs semaines est considérable (du jamais vu sur Poitiers). Le gouvernement souhaite stigmatiser le mouvement des Gilets jaunes mais leurs revendications restent légitimes, le mécontentement et la gronde sociale s’installent. Les manifestations poitevines ont rarement fait l’objet de débordements. Par contre, la surreprésentation des forces de l’ordre, les moyens disproportionnés mis en œuvre par l’État peuvent engendrer une escalade de la violence. A quoi servent ces moyens disproportionnés ? Pour protéger quels intérêts ? Nous sommes opposés aux interdictions de manifester, c’est une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mars 2019

Étudier la gratuité des transports en commun à Grand Poitiers est un acte de justice sociale et écologique.
Le droit à la mobilité est exigé aujourd’hui avec force dans la rue. Comme le droit à la scolarité, il a besoin d’être reconnu fondamentalement pour que la société puisse, en le conjuguant avec l’urgence écologique, l’accorder à tou·te·s. La gratuité des transports peut cela. Nous demandons avec la vingtaine d’élus qui l’ont fait en décembre que ce droit soit étudié à l’échelle de Grand Poitiers.

Christiane Fraysse et Jacques Arfeuillère, élus communautaires et municipaux du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Ce qui marche pour les céréales doit marcher pour les humains !
La ligne de fret de Mignaloux-Jardres pour le compte exclusif de Terrena – 50 trains de céréales par an jusqu’au port de La Pallice – est à nouveau ouverte. « Un exploit » nous dit le directeur territorial Nouvelle-Aquitaine SNCF : financement bouclé le 28 juin dernier, travaux terminés le 23 janvier 2019 ! Question finances, l’économie réalisée n’est pas probante mais la sécurité routière et l’écologie sont gagnantes. Pourquoi n’avoir pas conditionné les 500 000€ versés par Grand Poitiers à au moins une étude pour la remise en état de la ligne pour des TER ? Nous demandons la même synergie pour créer cette liaison de Mignaloux jusqu’à Chauvigny. Elle permettrait la réduction de l’utilisation de la voiture, la diminution de la pollution et le désenclavement du territoire. Quand on veut, on peut !

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Février 2019

Justice sociale, justice climatique
Injustes sur le plan social et écologique, les politiques nationales comme locales ne s’en prennent pas aux responsables du dérèglement climatique. La Ville de Poitiers n’agit en rien pour diminuer la pollution, notamment Porte de Paris où 24 000 véhicules passent quotidiennement devant l’école du quartier. Pas de justice non plus sur le partage des richesses alors que les inégalités ne cessent d’exploser encore cette année. Depuis des mois, une large partie de la population exige légitimement une hausse du pouvoir d’achat et n’a comme seule réponse que la répression. Les politiques en place ne répondent ni à la colère des gilets jaunes ni à l’appel urgent des citoyens pour une politique climatique à la hauteur de l’urgence ! Osons Poitiers continuera de se mobiliser aux côtés de celles et ceux qui luttent pour une société plus juste.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Janvier 2019

Une bonne année de service public et de transport pour tou·te·s
L’alarme aura sonné en 2018 sur le plan climatique, social, démocratique. Pour une bonne année 2019, il faut reconnaître enfin l’urgence à lier justice sociale, écologie, implication citoyenne et solidarités. Quand le dérèglement climatique ne frappe plus à notre porte mais la défonce, l’heure n’est plus à changer la serrure mais bien à le regarder en face. Quand la peur de ne plus pouvoir se déplacer, de ne plus avoir de quoi satisfaire ses besoins se manifeste, l’heure n’est pas à taxer davantage. Osons Poitiers souhaite à tou·te·s une année 2019 qui saura localement faire progresser le droit au déplacement dans la transition écologique et qui fera progresser les solidarités en retrouvant la voie du service public accessible à tou·te·s, et de la justice sociale nécessaire à chacun·e.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche/Ensemble !, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Décembre 2018

Blanchiment écologique ou lutte contre le réchauffement climatique ?
Une association de cycliste répète que la sécurisation du trajet Futuroscope centre-ville est faisable moyennant peu d’aménagement. La fréquence des bus n’est pas suffisante pour que les salariés en fassent un mode de transport privilégié. Les horaires de bus sont calés sur les vacances scolaires et non sur les vacances universitaires ce qui pénalisent le tiers de la population de Poitiers qui est étudiante. Les feux de signalisation sont synchronisés de façon à fluidifier la circulation automobile et non pour sécuriser la traversée en toute quiétude des piétons sur les passages piétons.

Et la ville va transformer 15% de son parc de véhicule en acquérant des véhicules électriques.

L’action publique de lutte contre le réchauffement climatique, sera bien plus efficace en corrigeant les difficultés pointées ci-dessus qu’avec cette acquisition.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Novembre 2018

Audace et Bienveillance pour le collectif La Maison
Audace et Bienveillance sont les valeurs clés qui fondent le Projet de Territoire de Grand Poitiers signé en grande pompe en septembre dernier. Nous aurions tellement voulu les voir appliquées : Audace contre l’expulsion de la quinzaine de jeunes étrangers isolés le 2 octobre dernier sous le regard indigné de nombreux-ses habitant-e-s de Poitiers. Bienveillance pour une solution d’hébergement pérenne. Nous demandons au Maire d’appliquer ces principes pour sauver ces jeunes remis à la rue et être en phase avec les Poitevins solidaires. Poitiers n’est pas la seule ville confrontée à ces difficultés. Constatant que l’État n’assure pas ses missions et ne donne pas les moyens de créer des solutions dignes d’accueil et d’accompagnement, des élu-e-s locaux ont créé l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants. Nous demandons au Maire d’y adhérer.

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Octobre 2018

Bus gratuits : une mesure plus que jamais d’actualité !
Le réchauffement climatique ne cesse d’avoir des conséquences désastreuses. La canicule de cet été en est une expression. Pour lutter contre celui-ci, les beaux discours ne suffisent pas. Il faut des décisions politiques audacieuses. Dernièrement, le président de l’université de Poitiers a repris l’idée de gratuité des transports en commun pour les jeunes. C’est une mesure de plus en plus répandue. Dunkerque vient de passer aux transports en commun gratuits, et Niort a fait de même depuis quelques années. Cette mesure permet de diminuer le nombre de voitures et donc les émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi nous pensons qu’il faudrait réaliser une étude sur la faisabilité de la gratuité des bus pour tous à Poitiers. Puis consulter la population par référendum. Cette mesure est plus que jamais d’actualité !

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Contrat Territorial du bassin d’alimentation du captage d’eau potable de Fleury (programme Re-Sources 2018-2022)
Le captage de Fleury à Lavausseau alimente en eau potable 1/3 des habitants de Grand Poitiers. Nitrates et pesticides altèrent la qualité de cette eau. Collectivités, citoyens et profession agricole s’engagent dans un nouveau contrat de protection Re-Sources. En l’état, il n’est toujours pas à la hauteur des enjeux. Changer de modèle agricole sur les 2 600 ha est le levier indispensable pour protéger réellement la ressource en eau.

Christiane Fraysse et Jacques Arfeuillère, élus communautaires et municipaux du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Septembre 2018

Plan B, un seul plan possible pour espérer encore !
Le seul plan possible, c’est de tout faire pour que le plan B ne renonce pas. L’unanimité se fait pour reconnaître la place originale de cet acteur incontournable de la vie locale : mairie, artistes, associatifs, public, tous savent que laisser seuls les animateurs du lieu face à l’injonction d’une mise aux normes coûteuse, les priver des recettes liées aux concerts, c’était condamner le lieu à disparaître. On a exigé d’eux la conformité. La municipalité peut encore se mettre en conformité avec ses déclarations de soutien à la structure en finançant en partie les travaux d’un local dont elle est propriétaire (les travaux nécessaires égalent le coût de deux soirées foot sur écran géant) ; en faisant en sorte que les concerts puissent reprendre dès aujourd’hui. Sinon, elle porte seule la responsabilité d’un véritable appauvrissement culturel.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche/Ensemble !, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Juillet 2018

Projet de territoire pour Grand Poitiers, le rendez-vous manqué de la modernité
La modernité, c’est la proximité. Être moderne, c’est viser l’égalité des citoyen-ne-s face aux services et à la mobilité, c’est garantir l’eau, c’est penser autonomie alimentaire et énergétique et rapprocher l’économie du besoin. Ce projet n’est pas moderne : Poitiers-centré, négligeant le rural, il reprend le rêve d’une attractivité qui mettrait Paris à Poitiers en travaillant sa « marque », oubliant qu’un territoire n’est pas un produit mais se doit d’abriter une communauté qui vit.

Christiane Fraysse et Jacques Arfeuillère, élus communautaires et municipaux du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Conseil communautaire du 25 mai 2018 : projet de territoire

Retour sur le projet de territoire en vidéo

Juin 2018

Signature de la Charte Européenne pour l’Égalité : une avancée.
Poitiers vient de signer la Charte Européenne pour l’Égalité des femmes et des hommes dans la vie locale. C’est un engagement important car nous pensons que c’est à ce niveau, c’est à dire au plus près des habitant-es qu’il est possible de combattre la persistance et la reproduction des inégalités entre les femmes et les hommes. Pour répondre à l’exigence de cette Charte, la Ville doit élaborer un Plan d’action pour l’égalité à l’aide de larges concertations. Il s’agit en effet de s’assurer que tous les aspects discriminants de la vie quotidienne dans la ville soient étudiés, que ce soit au niveau des déplacements, de l’occupation de l’espace public, de la sécurité, du logement, de la vie culturelle, du sport et de la représentation démocratique.

« C’est au pied du mur qu’on voit mieux le mur » (dicton chinois).

Nous connaissons ce mur et le courage requis pour le faire tomber.

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Mai 2018

Terrains synthétiques : une fausse bonne idée
Nous sommes intervenus à plusieurs reprises pour alerter sur les dangers des terrains de foot synthétiques. En effet, ces terrains sont faits à partir de pneus qui sont recyclés en petites billes de caoutchouc qui contiennent des teneurs en hydrocarbures très largement supérieures aux quantités tolérées pour des enfants. Depuis quelques années, de nombreux cas de cancer ont été diagnostiqués sur des joueurs et joueuses de foot qui jouent régulièrement sur terrain synthétique. Le gouvernement a annoncé avoir saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) qui devrait donner ses conclusions fin juin. En attendant, nous demandons l’application du principe de précaution qui permettrait aux équipes de s’entraîner sur d’autres terrains.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Avril 2018

Terrains de foot synthétiques et principe de précaution, que fait Grand Poitiers ?
Les médias nous ont alertés sur la toxicité des microbilles de caoutchouc des terrains de foot synthétiques qui seraient cancérigènes lorsque ces granulats proviennent de vieux pneus broyés. Il est capital de mettre en place les bonnes pratiques (dire aux enfants de ne pas mettre les granulats dans la bouche, de se laver les mains, de faire très attention en cas de blessure…) et surtout de remplacer ce genre de terrain.

Christiane Fraysse et Jacques Arfeuillère, élus communautaires et municipaux du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Plan vélo, ça patine
Avec le retour du printemps, le beau temps nous incitera davantage à nous déplacer à vélo ou à pied. Et la collectivité ? Que fera-t-elle pour favoriser l’usage de ce qu’on appelle la « mobilité active » qui non seulement est efficace pour limiter les émissions de gaz à effet de serre mais également bénéfique pour notre santé en nous faisant bouger ? Un énième « plan vélo » est en cours d’élaboration. Nous en attendons des mesures concrètes facilitatrices de ce mode de déplacement et non pas des études qui ne servent qu’à masquer l’absence d’action. Quand pourrons-nous aller du campus ou du centre-ville au Futuroscope sur des itinéraires a minima fléchés et au mieux sécurisés, quand disposerons-nous d’une application qui nous proposera des itinéraires piétons ou vélos ? Le numérique peut aussi être au service de la mobilité active.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mars 2018

Écrivez-nous vos idées pour le palais de justice sur le site osonspoitiers.fr
Le devenir de l’édifice de l’actuel palais de justice et le quartier qui l’entoure font l’objet d’une réflexion et d’un projet. Le maire nous présente ce projet comme devant renforcer l’attractivité de la ville et lui donner une signature. Ces mots sont creux. L’attractivité ne se décrète pas, la ville doit d’abord donner envie à ses habitants d’y rester, la possibilité d’être acteur du devenir. Ce n’est pas une marque qui provoque l’installation dans un lieu, c’est l’emploi, la famille, les conditions de vie favorables pour son profil. Le devenir du palais de justice mérite une écoute plus attentive des poitevins. Oui, les poitevins ont des idées, nous en avons rencontrés autour de ce sujet et ils ont tous formulé des propositions intéressantes. Quand seront-ils écoutés et entendus par la majorité municipale ?

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Février 2018

Protection de la ressource en eau : il y a urgence.
A la question des sujets environnementaux les plus préoccupants, plus d’un français sur deux cite en premier lieu la qualité de l’eau potable. Or, à Poitiers le taux de nitrates analysé sur le captage de Fleury qui alimente les besoins en eau potable de la population flirte avec le seuil autorisé de 50 mg/l. L’urgence est donc de protéger ce captage par l’acquisition des parcelles agricoles pour former un périmètre de protection et garder la maîtrise du foncier. Cela fait 7 ans que nous attendons que les quelques démarches entreprises entre Grand Poitiers et la SAFER aboutissent. Question : y-a-t-il un engagement sérieux dans ce dossier ? Faut-il rester dans un face-à-face stérile ? Pour nous, c’est une question d’intérêt général qui demande une concertation plus globale.

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Janvier 2018

Le logement pour toutes et tous est un droit
Pour commencer cette nouvelle année, Osons Poitiers veut mettre l’accent sur un problème trop souvent ignoré. En effet, à Poitiers chaque jour et chaque nuit plus d’une centaine de personnes se retrouve à la rue sans hébergement. Le 115 (centre d’appels d’urgence) reçoit en moyenne 110 appels par jour dont une cinquantaine qui resteront sans suite. Nous ne pouvons que nous indigner de cette situation. Comment peut-on accepter que des dizaines de poitevin.e.s dorment dehors en plein hiver, parfois avec des enfants en bas âge ?! La mairie de Poitiers et la préfecture ne doivent pas fermer les yeux sur ce sujet et apporter une solution de toute urgence. Une loi permettant la réquisition des logements vides existe, pourquoi ne pas l’appliquer ? Le logement pour toutes et tous est un droit.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Décembre 2017

Mineurs Isolés, ne bottons pas en touche !
Une vingtaine de mineurs isolés étrangers dorment dans la rue aujourd’hui à Poitiers.  Devant l’urgence de cette situation, les élus Osons Poitiers, en accord avec Min’ de Rien, ont pris l’initiative de s’adresser à tous les élus (municipaux, communautaires, départementaux, régionaux et nationaux) pour qu’ils prennent l’engagement d’agir quel que soit leur niveau de compétences, quelle que soit la responsabilité qui leur est attribuée. Ils sont donc invités à signer un engagement à se mettre au travail sans tarder pour trouver les hébergements nécessaires puis à demander une table ronde sur le sujet afin de dégager une solution pérenne. Chaque citoyen peut soutenir cette initiative en signant l’appel que l’on trouve sur le site Osons Poitiers et sur Change.org : https://www.change.org/p/vienne-86-mineurs-isol%C3%A9s-%C3%A9trangers-ne-bottons-pas-en-touche

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Novembre 2017

Stationnement payant au CHU ?
Le directeur de l’hôpital veut instituer le stationnement payant sur les parkings du CHU. Est-ce par volonté de régler un problème de stationnement ou une recherche de rentabilité ? S’il s’agit de régler une difficulté de stationnement, d’autres moyens que le paiement existent. Une desserte en bus plus régulière, des navettes entre les parcs relais de proximité et l’hôpital, un nouveau parc relais près du rond-point de Mignaloux desservi par la ligne 1 contribueraient à désengorger les parkings du CHU. L’argument « le parking est payant dans d’autres hôpitaux » n’est pas recevable. Ne nous alignons pas sur le pire. Les usagers du service public de santé, qu’ils viennent en consultation ou visiter leurs proches ne doivent pas être otage de cette logique marchande. Ce n’est pas digne du service public.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mobilisation contre les parking payants au CHU de Poitiers

Octobre 2017

Garantir les droits fondamentaux des réfugiés sur notre territoire.
Force est de constater que nos dirigeants ont peur d’avoir une parole publique sur la question des migrations. Ils font comme si ces personnes réfugiées n’existaient pas ou pensent qu’il ne s’agit que d’une « crise » migratoire. Or les migrations ne se limitent pas aux réfugiés de guerre et les réfugiés climatiques et économiques sont bien là, mineurs et majeurs. Les citoyen-ne-s s’organisent à Poitiers pour les accueillir et sont confrontés aux mêmes obstacles qu’eux en les accompagnant dans leurs différentes démarches. Osons Poitiers rend hommage à cet engagement citoyen. C’est en les soutenant que l’on couvre d’autres voix qui font le déshonneur de notre pays. La municipalité de Poitiers doit assurer la continuité de cet engagement avec les pouvoirs et les moyens dont elle dispose pour garantir les droits fondamentaux de tous.

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Septembre 2017

Linky et Gazpar, c’est toujours non !
Osons Poitiers et d’autres collectifs citoyens continuent de s’opposer aux compteurs Linky et Gazpar. Ils coûtent cher : le remplacement de compteurs qui fonctionnent est estimé par Enedis à 7 milliards d’euros qui seront répercutés sur nos factures (environ 200€ par foyer). Sans oublier leur danger pour la santé. L’OMS a officiellement classé les ondes électromagnétiques « cancérigènes possibles ». Linky et Gazpar, c’est aussi le règne du Big Data… ou de Big Brother ! Les compteurs sont conçus pour recueillir des relevés de la consommation de l’abonné. Ce qui permet d’obtenir des informations sur les habitudes de vie des consommateurs. Ces données, c’est un marché mondial de milliers de milliards d’euros. Refusons cette surveillance généralisée !

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

N.B : Réunion publique « Faut-il refuser les compteurs communicants ? » le vendredi 3 novembre 2017 à 20h aux Salons de Blossac de Poitiers. Conférence interprétée en langue des signes en présence de Stéphane Lhomme.

Juillet 2017

Conflit d’usage de l’eau, il faut choisir
42 retenues de substitution autour de Poitiers font l’objet d’enquêtes publiques. Ces bassines, financées à 80 % par de l’argent public, contribueraient à pérenniser l’irrigation pour une agriculture industrielle et intensive. Or, c’est la qualité de l’eau et l’alimentation en eau potable pour toutes et tous qui doivent être prioritaires. L’eau est un bien commun et vital à respecter. Mobilisons-nous.

Christiane Fraysse et Jacques Arfeuillère, élus communautaires et municipaux du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Juin 2017

Soyons plus intelligents que nos compteurs
Ils sont arrivés dans la Vienne. Les compteurs « intelligents » Linky s’imposent chez nous comme vont le faire les équivalents pour le gaz et pour l’eau. En 4 ans, 35 millions de compteurs qui fonctionnent parfaitement seront jetés et ces boitiers à la durée de vie limitée vont être déployés pour un coût de 5 milliards. Pourquoi ? Officiellement pour maîtriser la consommation (la machine aurait plus d’intelligence que l’homme pour savoir à quel moment mettre en marche le lave-linge). Mais en oubliant l’incertitude sur leur innocuité en matière de santé et le danger qui pèse sur les libertés avec ces machines qui peuvent décrire, pour le big data, nos vies. Le conseil municipal a refusé de délibérer malgré notre demande contre ces installations forcées. Il nous reste à résister individuellement.

N.B : Réunion publique sur Linky le 17 juin 2017 en présence de Stéphane Lhomme.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mai 2017

L’eau : bien commun, bien précieux
Selon le schéma départemental de l’eau de janvier 2017, le territoire du centre Clain est très concerné par les pollutions diffuses (nitrates et pesticides). Les ressources en eau de Grand Poitiers présentent une vulnérabilité à la fois qualitative et quantitative. Le captage de Fleury à Lavausseau a été classé prioritaire. Il est donc important de pratiquer une agriculture respectueuse de l’environnement sur le bassin de captage de Fleury. Depuis des dizaines d’années, un suivi agronomique a été financé par la collectivité sans que la teneur en nitrates s’améliore. Il nous faut changer de méthode et pratiquer sur ce site une agriculture biologique ou de l’agroforesterie non génératrice de pollution. Tous les moyens doivent être mis en œuvre y compris l’expropriation si nécessaire. L’enjeu est trop important.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Avril 2017

Décidément les arbres dérangent
L’arbre a bien du mal à se faire une place au cœur de notre cité. 62 arbres abattus rue Molière et maintenant 64 sur l’îlot de Tison. Un rideau végétal sacrifié. Réaction de la mairie : nous allons replanter. Mais les arbres sont des êtres vivants que l’on sacrifie sans  respect alors qu’ils témoignent de notre histoire, qu’ils nous offrent leur ombrage, qu’ils assourdissent les bruits de la ville, qu’ils réduisent les risques d’inondation, purifient notre air et abritent d’autres vivants.

Pourtant, nous aurions pu être rassuré-e-s après la présentation par la municipalité d’une Charte de l’Arbre …

Nous exigeons plus de considération pour nos arbres, notre patrimoine au même titre que nos monuments. Et comme disait Coluche « pour qu’un écologiste soit élu président, il faudrait que les arbres votent ». Alors, ne les abattons pas !

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Mars 2017

Solidarité avec les femmes du monde entier
Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. Cette année, en plus des rassemblements habituels, un appel à mobilisation syndicale a été lancé. Cet appel est relayé localement par le Collectif du 8 mars. Que ce soit pour le droit à l’avortement, pour l’égalité salariale ou contre les violences, nous apportons notre solidarité avec les femmes du monde entier. Les droits des femmes sont en permanence menacés, que ce soit aux USA avec Trump ou encore en France avec Fillon ou Le Pen. Localement, nous regrettons qu’il n’y ait pas de service dédié à l’égalité hommes/femmes à la mairie de Poitiers ainsi que le manque de concertation sur la place des femmes dans l’espace public (choix des équipements sportifs dans les quartiers, etc.). Le groupe Osons Poitiers sera au cœur de toutes les luttes féministes.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Février 2017

Saluons la naissance de Min’ de Rien
« Il y a ceux qui disent et il y a ceux qui font » répond le maire interpellé sur les problèmes d’hébergement tant pour les sans-abris que pour les étrangers cherchant l’asile. Mais il faut bien constater qu’on ne fait pas assez quand on connaît les manques tant pour les uns que pour les autres. Il faut donc « dire » davantage pour que progresse la conscience d’une responsabilité collective qui gagne enfin son efficacité des moyens nécessaires aux besoins, d’une réelle coordination entre tous les acteurs concernés. En attendant, parmi ceux qui font, saluons la naissance de Min’ de rien, association dédiée à apporter du soutien aux mineurs isolés en situation précaire et confrontés à des discriminations eu égard à leur statut d’étranger. « Faire », c’est aussi aider ces initiatives. Contact : minderien86@gmail.com Fb : www.facebook.com/assominderien86

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Janvier 2017

2017 : le changement c’est maintenant.
L’année 2017 va être riche en moments démocratiques. Nous serons appelés à voter pour choisir le président de la République et notre député-e. La petite avancée sera la fin du cumul des mandats. Notre rôle de citoyen-ne-s sera d’être vigilant, par exemple :

  • Cet hiver, notre commune n’a pas choisi comme certaines le font de se déclarer zéro sans-abri ;
  • Les particules fines altèrent la qualité de l’air : la diminution du trafic automobile est une nécessité pour notre santé ;
  • Dans cette période de fort chômage, il ne faut pas pour autant négliger la qualité de vie au travail, dans le public comme dans le privé.

Que cette nouvelle année soit celle de la résistance écologique, sociale, solidaire et citoyenne. Meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Décembre 2016

La sortie du nucléaire : une priorité
L’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) a demandé l’arrêt rapide du réacteur n°1 de la centrale de Civaux et l’arrêt de 4 autres réacteurs en France pour anomalie. Au total, ce sont 26 réacteurs à l’arrêt. C’est un problème sérieux et il n’est pas certain qu’on y trouve une solution. Cela nous fait enfin prendre conscience de notre dépendance à l’énergie nucléaire et provoque une flambée des prix de l’électricité. A l’entrée de l’hiver, les habitants de Poitiers en particulier ceux qui n’ont pas d’isolation de leur logement et qui utilisent un chauffage électrique vont voir augmenter leur facture. Les millions d’euros qui vont servir à maintenir en état les centrales pour les prolonger doivent être investis dans un programme d’économie d’énergie avec le développement d’un mix d’énergies renouvelables.

Mad Joubert, Europe Écologie Les Verts, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Novembre 2016

Il est urgent d’accueillir les étrangers dignement !
A la préfecture de Poitiers, l’accueil des étrangers est inacceptable : le standard du service immigration est limité au matin, la prise de rendez-vous se fait seulement par internet ce qui nécessite d’avoir accès à un ordinateur, de parler couramment français etc… De plus les délais sont très longs pour obtenir un rendez-vous. Osons Poitiers au côté de DNSI dénonce ces pratiques discriminatoires qui aggravent la précarité des étrangers et rend leur intégration plus difficile. Nous souhaitons qu’à Poitiers comme ailleurs une véritable politique d’accueil soit mise en place. Et en ces temps de montées réactionnaires nous rappelons notre attachement à la liberté de circulation et d’installation pour tout être humain ainsi que la régularisation de tous les sans-papiers.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Octobre 2016

Droit d’expression, accès à l’information.
Lecteurs, qu’attendez-vous de ces quelques lignes ? La position du groupe sur les décisions municipales, des commentaires sur les 35 pages du magazine municipal ? Des informations sur le travail des élus d’opposition ? Nous sommes en peine de choisir notre expression avec seulement 800 signes espace compris dans ce magazine. C’est pourquoi ce mois-ci, nous avons choisi de promouvoir nos espaces d’expression :

  • Les réunions mensuelles du groupe ouvertes à toutes et tous le premier mercredi de chaque mois à partir de 19h permettant d’examiner les décisions municipales et d’élaborer des propositions.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Septembre 2016

La politique de la vitrine.
Le symbole de l’été à Poitiers, on le trouve à la Chapelle Sainte-Croix : en exposant le luxe des vitrines Hermès, le Miroir, projet alibi qui doit servir à détruire le théâtre historique, signe, pour quelques dizaines de milliers d’euros ce qui semble être devenu la tendance politique de la majorité. En vitrine, on trouve par exemple la sécurité : quelques caméras de vidéosurveillance dont on sait l’inefficacité, et qui sèment là encore, des centaines de milliers d’euros. On trouve aussi une certaine culture : pour 210 000 euros, on refera l’enseigne vidéo de la façade du TAP qui n’a jamais fonctionné et on fera un pont d’or à des stars fugitives mais médiatiques pour les grands concerts de l’été. La vitrine qui fait briller, exagère, et parfois ment…

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Juin 2016

Poitiers, ville cyclable ?
En mars 2016, nous avons voté contre la délibération portant sur les travaux d’aménagement de voirie devant le Crédit Agricole situé rue Salvador Allende. D’une part parce que ces travaux ont été réalisés suite à une demande de l’établissement et surtout parce que la ville n’a pas respecté la loi Laure qui prévoit que les aménagements cyclables soient réalisés lors de tout aménagement de voirie. De nombreuses places de stationnement ont ainsi été créées au détriment de la mise en place d’une bande cyclable. Après la promenade des cours et la porte de Paris, la rue Salvador Allende devient un parcours de plus dans lequel les cyclistes sont relégués au second plan. Ne pas faciliter le parcours des cyclistes c’est aller à contre-courant de la lutte contre le changement climatique qui ne doit pas rester qu’un vœu pieux mais nécessite des actes.

Christiane Fraysse, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Mai 2016

La vidéosurveillance, une vitrine inutile et dangereuse.
Le Maire a dit que la sécurité n’est pas un enjeu politique, nous lui disons, nous, qu’il faut cesser de mettre nos libertés en jeu ! La vidéosurveillance dans l’espace public, c’est le renoncement de trop pour A. Claeys. Des caméras sur les places font plus frémir qu’elles ne rassurent. La seule étude scientifique sur ce dispositif conclut à l’inefficacité globale et il faut rappeler qu’une caméra dans l’espace public, c’est aussi la possibilité de surveiller les manifestants. Pour 350 000 euros ! Qui seraient mieux investis en médiation et qu’on préfère utiliser pour substituer au regard qui tisse le lien social, un œil technologique qui distille la défiance. C’est cher et c’est pauvre en espérance : c’est le prix d’une vitrine de luxe pour une sécurité dont on sait qu’elle se construit ailleurs.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Avril 2016

L’arbre urbain : je t’aime moi non plus.
L’arbre est un être vivant, il n’est pas un mobilier urbain. L’arbre est un élément essentiel du paysage urbain de par ses fonctions multiples. Il joue un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. C’est un purificateur d’air, un climatiseur précieux, un oasis de biodiversité et un bio indicateur. Il participe à la diminution du bruit, de la réflexion lumineuse et à l’anti-érosion des sols. Pour toutes ces raisons, il ne peut faire l’objet de l’attention que de spécialistes triés sur le volet pour rédiger sa charte. Nous souhaitons qu’une charte soit mise en place avec des actions dans la durée. Nous demandons que tous les acteurs concernés, techniciens, politiques et habitants soient associés à ce projet.

Nous lançons un appel  à la majorité : « L’arbre vecteur de démocratie locale : chiche ? »

Thierry Grasset pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Mars 2016

A Poitiers un collectif contre l’état d’urgence existe.
Il mobilise et sensibilise les poitevins contre le tout sécuritaire et la déchéance de nationalité, et pour les libertés individuelles et collectives. Le samedi 30 janvier 2016 environ 600 personnes ont manifesté dans les rues de Poitiers à l’appel du collectif (regroupant de nombreux citoyens, syndicats, associations et partis politiques). Osons Poitiers soutient cette dynamique à l’heure où le gouvernement tente de nous diviser et de réprimer le mouvement social à l’image de ce qu’il se passe à Notre-Dame-des-Landes et des peines de prison ferme à l’encontre de salariés de Goodyear qui luttaient pour leurs emplois. Parallèlement nous rappelons notre refus de voir s’installer dans notre ville des caméras de vidéosurveillance ainsi que d’armer la police municipale.

Manon Labaye, Nouveau Parti Anticapitaliste, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Février 2016

Plus de sécurité ? Chiche !
L’année 2016 sera marquée par plus de caméras dans les espaces publics. A Poitiers aussi où on devrait accepter désormais de vivre sous surveillance dans la rue ! Pour plus de sécurité. Pour nous, cependant, la sécurité est ailleurs, au-delà de ce qu’on nous promet notamment par un état d’urgence liberticide ou une déchéance de nationalité contraire à l’esprit d’égalité. Se sentir en sécurité, pour le citoyen, c’est être protégé par un droit du travail renforcé, c’est ne pas être menacé dans son emploi, c’est échapper à la précarité. C’est bénéficier de la sécurité sociale, de la retraite tant qu’on est valide, c’est faire valoir pleinement son droit à la santé, à l’éducation. C’est avoir la garantie de circuler librement, de pouvoir choisir comment et avec qui faire son chemin.

Jacques Arfeuillère, Parti de Gauche-Ensemble, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Janvier 2016

COP 21, (trop) chaud devant !
L’accord issu de la COP 21 ne sera pas le déclencheur de la révolution climatique comme on aurait pu le croire au vu de l’euphorie affichée. Certes les 195 états de la planète sont signataires d’un engagement moral de gouvernance climatique. L’accord n’impose pas de révision des engagements actuellement pris par les pays avant 2025. Il entérine ainsi un réchauffement climatique supérieur à 3°C.  Naomi Klein analyse le dérèglement climatique comme la conséquence d’un modèle économique en guerre contre la vie sur Terre. On ne changera pas les lois de la nature mais on peut changer celle de l’économie. Alors que l’année 2016, soit celle de l’exigence citoyenne pour un respect de nos conditions de vie sur terre, celle des alternatives concrètes, de l’espoir constructif, de la joie, de la paix…

Christiane Fraysse, EE-LV, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

Novembre/Décembre 2015

Climat : des annonces mais des réalisations insuffisantes.
Alors que l’urgence écologique devrait être une priorité, tant pour les aspects climatiques qu’économiques, et que la France accueille la COP21, l’exécutif local et national montrent leur manque d’ambition. Au niveau national, pour financer la COP21 le gouvernement, qui a récemment accordé trois nouveaux permis d’exploitation pétroliers, a fait appel à des sponsors dont l’engagement écologique est loin d’être une priorité. A Poitiers, le Plan Climat-Énergie Territorial indique son soutien financier au transport aérien, mode le plus polluant. Les objectifs fixés et le budget alloué pour les années à venir ne sont pas à la hauteur de l’enjeu, alors que des actions fortes permettraient de réduire la facture énergétique et l’empreinte écologique.

Thierry Grasset, EE-LV, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Octobre 2015

Poitiers à l’heure de la COP21.
D’après le rapport sénatorial publié cet été, la pollution de l’air provoque plus de 40 000 décès prématurés et coûte 101,3 milliards d’euros par an, dont 97 pour le coût sanitaire (asthme, bronchite, cancer, absentéisme). Poitiers n’échappe pas à cette problématique. D’un côté, l’offre de transports collectifs ne répond pas aux besoins des usagers en termes d’horaires, de fréquence et d’intermodalité. De l’autre, des choix contestables sont faits par la municipalité : abandon du GNV au profit du diesel pour les bus Vitalis, investissements dans des parkings en bord de Clain, fréquence inadaptée dans les parking-relais et oubli d’aménagements pour les cyclistes. En cette année de COP21, nous pensons que des investissements plus pertinents auraient dû être engagés pour améliorer la qualité de l’air des Poitevins.

Thierry Grasset, EE-LV, pour le groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

Septembre 2015

Quelle expression pour les oppositions ?
Lors du dernier conseil municipal, notre groupe politique a manifesté son exaspération. Nous avons indiqué lors de l’examen des délibérations que nos positions et propositions étaient consultables sur notre site Internet « Osons Poitiers ». Nous avons fait ce choix en raison de l’absence de réponses aux questions que nous posons lors des séances de conseil municipal et communautaire, cela depuis le début du mandat. L’opposition à une majorité doit pouvoir débattre. Le débat ne se résume pas à l’expression d’une opposition, c’est un jeu d’argumentation, de question-réponse. Ni la condescendance de la part des différentes composantes de la majorité, ni le mépris ne sont dignes de partis démocratiques. Nos électeurs ont fait un choix politique tout aussi respectable que celui des autres électeurs.

Christiane Fraysse, EE-LV, porte-parole du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne ».

]]>
https://osonspoitiers.fr/expressions-politiques/feed/ 0
Des pantins pour la pandémie ? https://osonspoitiers.fr/des-pantins-pour-la-pandemie/ https://osonspoitiers.fr/des-pantins-pour-la-pandemie/#respond Wed, 22 Apr 2020 07:19:50 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=33369 Poitiers, le 21 avril 2020

Nous sommes présents, comme élus d’Osons, dans la cellule de veille de Poitiers. Et nous nous sentons, ce matin, sinon trahis, du moins inquiets sur le sens de notre participation au processus démocratique de la gestion de la crise liée au COVID 19.

Nous avons depuis le début, en toute loyauté, contribué avec nos réseaux, notre réflexion, nos propositions à l’effort collectif local pour répondre aux mieux aux besoins de la population durant cette période exceptionnelle. Nous avons milité également pour que cette réponse soit collective, d’autant plus forte qu’elle serait construite dans un véritable débat : en période de crise, la question démocratique se pose avec d’autant plus d’acuité que les problèmes exigent des solutions audacieuses, comprises, consenties, partagées. L’intelligence collective révèle de façon évidente s’il en était besoin, sa supériorité par rapport aux décisions d’un seul. Et c’est pourquoi nous avons insisté pour que le conseil municipal se tienne pour le vote des subventions aux associations et des fonds COVID 21 alors qu’une ordonnance permet au maire de fonctionner par arrêté. Et c’est pourquoi nous avons demandé à participer à la cellule de veille dès que nous avons appris son existence. Nous avons obtenu gain de cause, tant mieux !

Mais ce que nous avons demandé, ce n’est pas de faire beau en vitrine ! Et ce matin, à deux jours du conseil municipal, nous sommes en droit de nous interroger. Après une réunion de la cellule de veille essentiellement consacrée à la réponse à apporter aux besoins en masques « grand public » hier et concluant à la mise en place d’une plate-forme visant à mettre en regard la demande et l’offre, réponse relayée ce matin par la presse, nous voilà conviés à la dernière minute à une annonce exceptionnelle du maire en présence de toute la presse, tous médias confondus : « Poitiers va acheter pour 500 000 ou 600 000 euros de masques, de quoi distribuer à chacun des habitants de Poitiers ».

Nous ne remettons pas en cause la pertinence de la décision mais ce que nous pouvons dire, c’est qu’elle n’a pas été discutée, qu’elle arrive comme un coup de théâtre, un peu comme si ce qui était recherché devait être mis en scène. Surenchère par rapport au Département qui a déclaré son intention de fournir chaque habitant de la Vienne ? Peut-être. En tout cas, ce qui peut interroger, c’est la valeur des débats auxquels nous participons chaque jour : voilà une décision qui engage plus d’un demi-million, prise par surprise, à l’encontre de la dernière discussion. Cela présage-t-il de la manière dont nous allons construire le débat démocratique du monde d’après ?

Christiane FRAYSSE et Jacques ARFEUILLÈRE, élu·e·s municipaux et communautaires à la Ville de Poitiers et à la Communauté urbaine de Grand Poitiers

]]>
https://osonspoitiers.fr/des-pantins-pour-la-pandemie/feed/ 0
Gestion des déchets à Grand Poitiers https://osonspoitiers.fr/gestion-des-dechets-a-grand-poitiers/ https://osonspoitiers.fr/gestion-des-dechets-a-grand-poitiers/#respond Mon, 20 Apr 2020 07:09:46 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=33364 Communiqué du 17 avril 2020 sur la reprise de la collecte du tri sélectif à Grand Poitiers

Sur ce sujet, Osons est en mesure de donner un autre éclairage. Nous avons découvert avant hier, dans un message du maire de Rochefort à ses concitoyens, l’annonce que le tri allait reprendre chez eux (15 avril) puisqu’il venait de trouver un centre de tri en baisse d’activité tout à fait en mesure d’absorber la collecte. Celui de Poitiers !

Comme nous participons à la cellule de veille COVID à la ville, immédiatement nous avons posé la question et curieusement, alors que depuis que nous abordons ce sujet, on ne nous parlait pas de reprise de la collecte avant le déconfinement, on a une réponse dans les journaux parlant de « l’étude d’une reprise potentielle ».

Soit ! ça ne nous empêche pas de nous poser des questions : il y avait donc, même si la filière est en panne derrière le centre, le moyen de stocker au centre de tri. Il y avait donc le moyen de ne pas envoyer ce signal aux citoyens qui ne peuvent stocker chez eux, de tout mélanger dans la collecte des non-recyclables, le moyen de ne pas reculer sur la nécessité du tri.

L’autre question, c’est celle de cette soumission au marché passé avec les délégataires qui fait reculer l’intérêt collectif : Suez gère, le collecteur gère avec les conditions qui sont négociées et dans la situation exceptionnelle que nous connaissons, ça donne les tensions sociales que nous constatons sur la collecte, et ça donne cette situation ubuesque de faire venir les déchets recyclables de Rochefort et de ne pas pouvoir traiter les nôtres.

Il est urgent de récupérer la maîtrise du traitement des déchets. Vivement la régie municipale !

Communiqué du 14 avril 2020 en soutien aux éboueurs et éboueuses de Grand Poitiers

Alors que la population poitevine adresse chaque jour des remerciements appuyés aux éboueurs et éboueuses, nous regrettons que notre municipalité choisisse de les empêcher d’exiger leur dû et ainsi d’ajouter aux tensions existantes en envisageant le recours possible à la réquisition d’agent·e·s par un courrier de demande envoyé à la préfecture. Pour nous, si l’action municipale doit s’exercer, c’est à destination de la direction de l’entreprise Urbaser pour qu’elle agisse à la hauteur des enjeux sanitaires et sociaux, et non pas en installant un rapport de force avec celles et ceux qui assument chaque jour des risques pour le bien de toutes et tous.

Le maire de Poitiers doit intervenir auprès de la direction de l’entreprise pour soutenir les éboueurs et éboueuses et demander à ce qu’elle leur verse la prime instaurée par le gouvernement. Cette situation est une conséquence directe du choix de Grand Poitiers de déléguer cette mission publique de première nécessité à une grande entreprise cotée en bourse. Nous proposons un retour en régie municipale de cette activité, ce qui permettrait de protéger et valoriser les employé·e·s tout en favorisant les activités relatives au réemploi, à la réutilisation et au recyclage à l’échelon local.

Christiane FRAYSSE et Jacques ARFEUILLÈRE, élu·e·s municipaux et communautaires à la Ville de Poitiers et à la Communauté urbaine de Grand Poitiers

]]>
https://osonspoitiers.fr/gestion-des-dechets-a-grand-poitiers/feed/ 0
Conseil Grand Poitiers du 6/12 : communiqué https://osonspoitiers.fr/conseil-grand-poitiers-du-6-12-communique/ https://osonspoitiers.fr/conseil-grand-poitiers-du-6-12-communique/#respond Tue, 10 Dec 2019 08:02:29 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=33195

Communiqué du 7/12/2019

A Grand Poitiers, la démocratie, c’est sans l’opposition…

Les élu·e·s d’Osons à Grand Poitiers ont été poussés dehors hier soir, lors d’une séance de conseil particulièrement révoltante. Le président-maire, qui avait décidé de procéder au plus vite au vote des 6217 pages du dossier de séance et des 176 délibérations, a multiplié les provocations pour économiser le débat et pouvoir se satisfaire, en fin de conseil, « d’avoir bouclé l’affaire en moins de 4 heures ! »

Un bel exploit quand on sait que parmi ces dossiers étaient examinés, entre beaucoup d’autres sujets, le Plan Local d’Habitat de Grand Poitiers, le Règlement intercommunal de Publicité ou encore le bilan du projet de Territoire, le Plan Climat Air-Énergie, sujets qui auraient mérité à eux-seuls une séance particulière.

Micros coupés, refus de donner la parole avant de procéder aux votes, utilisation d’un vocabulaire injurieux à l’égard des élu·e·s, vote « par paquets » des délibérations, le président a fait la démonstration que la démocratie locale pouvait se caricaturer elle-même, déclarant à plusieurs reprises que l’assemblée n’avait pas besoin d’un débat quand celui-ci avait lieu en commission, (c’est-à-dire hors du contrôle du citoyen).

Les élu·e·s d’Osons Poitiers n’ont eu d’autre choix que de quitter une séance qu’ils ne pouvaient cautionner par leur présence et dénoncent vigoureusement une attitude qui porte atteinte à la veille des élections à la confiance que les citoyens peuvent accorder à la démocratie locale.

Christiane FRAYSSE et Jacques ARFEUILLÈRE, élu·e·s communautaires Osons Poitiers à Grand Poitiers Communauté Urbaine

]]>
https://osonspoitiers.fr/conseil-grand-poitiers-du-6-12-communique/feed/ 0
Les conseils de décembre 2019 dans la presse https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-decembre-2019-dans-la-presse/ https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-decembre-2019-dans-la-presse/#respond Thu, 05 Dec 2019 08:20:15 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=33191 La presse s’est fait l’écho du Conseil municipal du 2 décembre 2019 :

publications du 13/12 :

publications du 4/12 :

publications du 3/12 :

Pour en savoir plus : consultez les interventions des élu·e·s Osons Poitiers au conseil municipal du 2/12

… et du Conseil communautaire du 6 décembre 2019 :

publications du 10/12 :

Pour consulter le communiqué complet des élu·e·s Osons Poitiers, cliquez ICI

publications du 7/12 :

Pour en savoir plus : consultez les interventions des élu·e·s Osons Poitiers au conseil communautaire du 6/12

Conseil communautaire de Grand Poitiers du 6/12/2019 : 23 tomes, 6 217 pages, 176 délibérations !
]]>
https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-decembre-2019-dans-la-presse/feed/ 0
Les conseils de septembre 2019 dans la presse https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-septembre-2019-dans-la-presse/ https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-septembre-2019-dans-la-presse/#respond Fri, 04 Oct 2019 11:35:02 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=33022 La presse s’est fait l’écho du Conseil communautaire du 27 septembre 2019 :

publication du 26/09 :

publication du 27/09 :

publications du 28/09 :

… et du Conseil municipal du 30 septembre 2019 :

publications du 1/10 :

publication du 2/10 :

Communiqué du 2 octobre 2019 :

Nous sommes d’accord avec la chambre d’agriculture pour dire que les mesures nécessaires ne peuvent être prises sans concertation, dans le dos du monde agricole. Nous soutenons les arrêtés anti-pesticides, nous l’avons dit, mais nous avons dit aussi que cela doit être accompagné d’une politique alimentaire territoriale ambitieuse et d’une politique de protection de l’eau déterminée. Alain Claeys est disqualifié sur ce terrain et a pris trop de retard pour que la profession agricole considère sa soudaine conversion écologiste autrement que comme une agression.

Il faut aider les agriculteurs à réaliser la conversion de leur activité vers le bio en utilisant par exemple vraiment le levier de la commande publique : la restauration collective ne doit pas se contenter d’un objectif de 20% bio et 50% local pour 2022 comme annoncé dans le Plan Alimentaire Territorial, objectif qui est la stricte application de la loi. Il faut aller au moins vers du 80% à la fois bio et local.

De la même façon, les tergiversations autour du captage de Fleury, qui ont laissé la zone sans la protection « haute contrainte environnementale » ont conduit à laisser se développer des pratiques qui auraient dû depuis longtemps céder le pas.  Tout reste à faire et un arrêté ne suffit pas.

Jacques ARFEUILLÈRE, élu municipal et communautaire du groupe « Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et citoyenne »

]]>
https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-septembre-2019-dans-la-presse/feed/ 0
Les conseils de juin 2019 dans la presse https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-juin-2019-dans-la-presse/ https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-juin-2019-dans-la-presse/#respond Tue, 25 Jun 2019 15:17:16 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=32853 La presse s’est fait l’écho du Conseil municipal du 24 juin 2019 :

publication du 29/06 :

publication du 26/06 :

publications du 25/06 :

… et du Conseil communautaire du 28 juin 2019 :

publications du 12/07 :

publication du 1/07 :

publications du 29/06 :

]]>
https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-juin-2019-dans-la-presse/feed/ 0
Les conseils d’avril 2019 dans la presse https://osonspoitiers.fr/les-conseils-davril-2019-dans-la-presse/ https://osonspoitiers.fr/les-conseils-davril-2019-dans-la-presse/#respond Tue, 02 Apr 2019 13:12:00 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=32690 La presse s’est fait l’écho du Conseil municipal du 1er avril 2019 :

publications du 2/04 :

Pour en savoir plus : consultez l’intervention de Christiane FRAYSSE sur le budget en cliquant ici

publications du 3/04 :

publication du 8/04 :

… et du Conseil communautaire du 12 avril 2019 :

publications du 13/04 :

publications du 15/04 :

publication du 16/04 :

]]>
https://osonspoitiers.fr/les-conseils-davril-2019-dans-la-presse/feed/ 0
Les conseils de février 2019 dans la presse https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-fevrier-2019-dans-la-presse/ https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-fevrier-2019-dans-la-presse/#respond Mon, 18 Feb 2019 16:10:44 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=32523 La presse s’est fait l’écho du Conseil municipal du 11 février 2019 :

publications du 12/02 :

publications du 13/02 :

publication du 14/02 :

… et du Conseil communautaire du 15 février 2019 :

publication du 25/02 :

publications du 16/02 :

]]>
https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-fevrier-2019-dans-la-presse/feed/ 0
Les conseils de décembre 2018 dans la presse https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-decembre-2018-dans-la-presse/ https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-decembre-2018-dans-la-presse/#respond Thu, 06 Dec 2018 09:16:42 +0000 https://osonspoitiers.fr/?p=32318 La presse s’est fait l’écho du Conseil municipal du 3 décembre 2018 :

publication du 8/12 :

publications du 5/12 :

publications du 4/12 :

Pour consulter les interventions des élu-e-s Osons Poitiers sur le sujet, cliquez ici

… et du Conseil communautaire du 7 décembre 2018 :

publications du 10/12 :

publications du 8/12 :

publications du 7/12 :

Pour consulter les interventions des élu-e-s Osons Poitiers sur le sujet, cliquez ici

]]>
https://osonspoitiers.fr/les-conseils-de-decembre-2018-dans-la-presse/feed/ 0